LA DIGITALISATION DE LA CARRIERE

Sur le plan ferroviaire, un faisceau de 3 voies est raccordé à la ligne principale. En sortie de faisceau, une remise peut accueillir un locotracteur local ; une aiguille de déraillement (aiguillage unidirectionnel) protège l’accès au réseau.
Deux voies sortent de l’usine à ballast et peuvent accueillir 3 wagons type trémie à double essieux.
Une troisième voie latérale est utile pour le dégagement ou la composition d’un convoi.

[amazingslider id= »17″] Sur le plan technique, les aiguillages sont pilotés par des servos (Digikeijs) issus d’un kit DR4024. Les supports de servo ont été fabriqués à l’aide d’une imprimante 3D.
[amazingslider id= »18″] Le réseau CFC comprend un bus de terrain (Loconet) permettant à la fois la commande des accessoires (aiguillages, signaux, relais, …) et la collecte des rétrosignalisations de cantons. Les 4 servos pour les 3 aiguillages du faisceau et de l’aiguille de déraillement sont commandés par un module LocoServo décrit dans la partie technique du site du CFC. Ce module autorise la commande de 8 servos et de 8 IO génériques supplémentaires (pour la polarisation des coeurs d’aiguilles par exemple). Il est personnalisable en mode réseau (adresse, vitesse du mouvement et angle de rotation voulu entre 0 et 180°) via le logiciel LocoHDL, ainsi que tous les autres type de module (LocoIO).
Un module LocoIO (le 17ème sur le réseau) gère la rétrosignalisation du faisceau et la commande des coeurs d’aiguillages via 3 micro-relais et la signalisation.

[amazingslider id= »19″]

Reportage réalisé par Alain Meunier et Dimitri Crugenaire.